La vie de la nature

Bonjour.
Si vous vous êtes égaré ici , sachez que cet espace n'a pour but que de partager quelques photos de mes émerveillements devant toute la diversité
offerte par dame nature et que l'on peut rencontrer à deux pas de sa porte. Toutes les photos présentées ont été réalisées sur le terrain. N'étant pas un
spécialiste vous voudrez bien me signaler dans le commentaire les erreurs que vous pourriez trouver.
De même un petit mot lors de votre visite est le bienvenu.
Merci à vous pour votre attention.
Henri
.....................................................................Cliquer sur la photo pour l' agrandir.........................................................................

lundi 4 juin 2018

Regards autour de Sisteron

Une petite semaine autour de Sisteron avec les membres de  l'association botanique de Blavozy accompagnés par Corinne et Dominique. Une bien agréable semaine pleine de découvertes.
En voici un petit aperçu.

Jour 1, du côté de Ribiers :
La gesse filiforme (Lathyrus filiformis) :

La gesse noire (Lathyrus niger) doit son nom au fait qu'elle devient entièrement noire en séchant :



La pivoine de huthi (Paeonia officinalis ssp huthii) ; elle se distingue du type par des pétioles et tiges garnis de poils :




La violette de Jordan (Viola jordani) possède de très grands stipules :

Un peu plus loin, vers Châteauneuf :
Arceuthobium oxycedri, le mythique gui du genévrier :
Ophrys druentica, l'ophris de la Durance au labelle aussi large que long :


Sur une branche de prunelier un superbe nid de Osmia rufa, l'osmie rougeâtre qui a daigné se montrer en insistant un peu :



Un mouche scorpion (Raphida flavipes) d'environ 7 mm surveillait nos ébats :


Et un mâle de Xysticus luctator (une araignée de la famille des araignées crabes) cherchait la direction du vent pour projeter son fil et partir de cet endroit trop fréquenté à son goût :
Jour 2, Valbelle et la montagne de Lure :
L'ancolie de Bertoloni (Aquilegia reuteri) se distingue de l'ancolie commune par le fait que les étamines ne dépassent pas la corolle :
La gesse de printemps (Lathyrus vernus) :
Le saxifrage sillonné (Saxifraga exarata ssp exarata) :
Le grémil à fleurs variées (Buglossoides arvensis ssp permixta) :

L'orchis de Spitzel (Orchis spitzelii) :
L'ophrys insecte (Ophrys insectifera) :
Avec un pied de 2 mm ce champignon (pas facile à photographier à main levée) de la famille des myxomycètes ne passait pas inaperçu aux yeux de Alain, notre spécialiste en mycologie.
Une superbe pellène à trois points (Pellenes tripunctatus) araignée sauteuse ne dépassant guère 6 mm faisait de l'équilibre sur un caillou puis fixait l'objectif pour bien montrer son masque rouge : 

Jour 3, Les Mées et Digne :

Les Mées, les pénitents :
Le dorcadion couleur de suie (Dorcadion fuliginator) un longicorne appréciant les endroits secs  est à son aise sur ces formations géologiques.


La dalle aux ammonites de Digne, elle compte environ 1 550 ammonites sur 320 m2. Certaines de ces ammonites font 70 cm de diamètre. Leur nom scientifique est Coroniceras multicostatum. La dalle est datée d'environ 200 millions d'années (Jurassique inférieur) :
A proximité, le sainfoin des rochers (Onobrychis saxatilis) :
 

Sur un rameau d'aubépine un insecte de la famille des buprestes le capnode du pêcher (Capnodis tenebrionis) il mesure 2,5 cm et sa larve vit dans les racines des pêchers, abricotiers, cerisiers ou pruniers ce qui peut occasionner quelques menus dégâts à ces arbres :

Une superbe araignée aux reflets dorés se faufile entre les pierres. De la famille des gnaphoses c'est la callilepis nocturne (Callilepis nocturna). Contrairement à ce que pourrait faire penser son nom, elle se déplace et chasse le jour aux heures les plus chaudes.



Elle capture exclusivement des fourmis qu'elle chasse à vue mais elle peut aussi s'introduire dans une fourmilière pour se ravitailler :




Encore une saltique qui a l'air surprise et nous fixe des ses grands yeux c'est Cyrba algerina :





Retour à Volonne en passant par le col de Corobin et Chaudon :



Quelques arbustes de bugrane buissonnante (Ononis fruticosa) égayent les talus de leurs fleurs rose bonbon.

Jour 4, La Méouge :
Le banc du bouc :



Une lentille sauvage (Lens nigricans) :



La vesce voyageuse (Vicia peregrina) :



Et toujours dans la famille des fabacées l'astragale à calice renflé en vessie (Astragalus vesicarius) :



Sur la montagne de la Chabre :



La plus grande araignée de France, la lycose de Narbonne (Lycosa tarantula) impressionnante avec ses 25 mm de long mais très discrète et difficile à voir car elle ne quitte pratiquement jamais son terrier. En effet, elle reste à l'affût à la sortie de son terrier et bondit sur les proies passant à proximité :



Une autre saltique qui s'échinait à transporter une proie deux fois plus grosse qu'elle, Pellenes nigrociliatus :







Le village de Pomet ne comporte que deux ou trois maisons et une chapelle du XIII éme siècle :





On y rencontre une foison de glaïeuls des moissons (Gladiolus italicus) :



Mais aussi des ascalaphes dont l'ascalaphe jaune (Libelloides coccajus) :



L'ascalaphe blanc (Libelloides lacteus) :



Une larve d'ascalaphe, celle-ci creuse un entonnoir dans un sol sableux, les insectes s'y aventurant ne pourront pas remonter et glisseront jusqu'au centre de l'entonnoir où la larve pourra les capturer avec ses deux grandes mandibules. Un piège très efficace qui lui assure le couvert :



Et, après une légère averse on rencontrera le gros escargot de Turquie (Helix lucorum), une espèce introduite à fin d'élevage qui s'est acclimatée et dispersée sur le pourtour méditerranéen :




Jour 5, Trescléoux et le lac de Mison :

Une achillée tomenteuse (Achillea tomentosa) :

L'asperge à feuilles tenues (Asparagus tenuifolius) :

La fraxinelle (Dictamnus albus) appartient à la famille des rutacées. En cas de fortes chaleurs, la fraxinelle dégage une substance volatile inflammable ce qui lui vaut aussi le nom de buisson ardent :
 
L'églantier de France (Rosa gallica) :
 
Le mélampyre à crête (Melampyrum cristatum) famille des orobanchacées :

La vesce à feuilles dentées (Vicia narbonensis ssp serratifolia) :

Et, au bord de l'eau, la gratiole officinale ( Gratiola officinalis) appelée aussi herbe au pauvre homme est une plante de la famille des plantaginacées et ne vit qu'en milieu marécageux :
 
 Sur un lit de mousse, le scintillant carabe doré (Carabus auratus) :

Jour 6, Hautes Duynes et barrage des Touisses :

Une autre saltique, toujours aussi photogénique avec ses grands yeux et ses dessins sur l'abdomen, ici il s'agit de Sittilong longipes :
 

On pourra voir aussi le gazé (Aporia crataegi) sur des fleurs de sauge des prés (Salvia pratensis) :




7 commentaires:

  1. superbes photos, fleurs colorées, belles araignées, la nature est incroyable

    RépondreSupprimer
  2. que de beauté, magnifiques photos très détaillées, on s'instruit, merci blavo.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai appris beaucoup de choses en découvrant vos photos, le nom des araignées, des papillons, des plantes, je suis émerveillé de toutes ces belles images. Merci

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. superbe, très belles photos, bien commentées.

    RépondreSupprimer